Images troubles

Parabole

Il y a trois chaînes de télévision hertziennes accessibles à Tahiti. Les deux premières, Télé Polynésie et Tempo, font partie du Réseau France Outre-mer (RFO), filiale du groupe public France Télévisions. Elles proposent une programmation reprise sur les grilles nationales de France 23 et 5. La charmante Ariane Massenet y a commencé sa carrière de journaliste en 1987, ici même, à Papeete. La troisième chaîne, Tahiti Nui Télévision (TNTV), est financée à 85% par le gouvernement local et a été créée en 2000. Elle rediffuse des programmes de TF1, de M6 ainsi que les journaux télévisés d’EuroNews. On imagine donc facilement son style tape à l’oeil et trash, tout à fait dans l’esprit Bouygues ou Berlusconi. Elle a cependant la particularité d’être la seule à proposer quelques émissions en langue tahitienne (Reo Maohi), ce qui la rend bien entendu populaire. Elle est également un instrument de propagande du pouvoir en place.

Jusque dans les îles les plus lointaines de Polynésie, la télévision fait partie de l’équipement de base de tout ménage, au même titre que la voiture et le congélateur. Le duplex que je loue étant meublé et équipé, j’ai aussi une de ces boîtes à images, mais je suis un bien piètre et peu assidu téléspectateur. Je regarde cependant tous les jours à 13 heures le journal de Soir 3, présenté en semaine par la jolie et talentueuse Marie Drucker, puis à 19 heures le journal local de Télé Polynésie. A cette demi-heure quotidienne se rajoutent quelques rares émissions et documentaires. Les films n’ont aucun intérêt car systématiquement diffusés en version française, tout comme dans les quelques salles de cinéma de Papeete. Voilà une chose que je regrette, car j’avais pour habitude de fréquenter à Paris une à trois fois par semaine les salles obscures. Je pourrais bien entendu souscrire à un abonnement au satellite pour améliorer l’ordinaire, l’appartement étant déjà pré-équipé, mais je sais d’expérience que je n’en profiterai pas. On l’aura compris, la télévision ce n’est pas mon truc.

Le petit écran me rappelle toujours l’extrême facilité de manipulation des masses. Pour beaucoup de gens il fait office de référence, et pourtant l’histoire nous a démontré bien des fois la partialité de l’information et de la programmation. Même les meilleurs journalistes se font piéger. Pourquoi ? Parce que la télévision a pour obligation de plaire. Son financement est dépendant de la loi du marché et même les chaînes publiques en souffrent, alors qu’elles pourraient être un formidable instrument d’éveil. Le contrôle d’un tel média par des intérêts privés – ou politiques – est intolérable. Je regardais avant-hier au journal télévisé un sujet sur les dégradations faites dans les facultés pendant le mouvement anti-CPE. Difficile pour quiconque de ne pas trouver les images dérangeantes, voire choquantes. Mais au fond, que voit-on ? Quelques graffitis et du mobilier cassé. Quelle est l’ampleur réelle des dégâts ? Qui en sont les auteurs ? Et d’ailleurs, quel est l’intérêt de montrer ces images ? Est-ce que cela apporte quelque chose au débat, si ce n’est de le discréditer ? Je crois qu’il faut systématiquement se poser la question de savoir à qui profite une information, quelle qu’elle soit. Ne pas s’imposer cette discipline c’est accepter d’être réduit au statut de sous-homme.

Il existe une émission qui tente de décrypter, avec plus ou moins de succès, ce qui se cache derrière les images de la télévision. Chaque téléspectateur se devrait de la regarder tellement ce qu’on y apprend peut être instructif et matière à réflexion. Il s’agit bien sûr d’Arrêt sur images, présenté par Daniel Schneidermann. Vous y découvrirez également une semaine sur deux les chroniques de l’épatante Judith Bernard, à l’extraordinaire rhétorique. L’émission est prolongée sur le réseau internet par le Big Bang Blog, l’un des meilleurs du genre, ainsi que par des forums animés par Chloé Delaume, tenant elle-même un blog dédié à l’émission. Arrêt sur images est diffusé sur France 5 tous les dimanches vers midi trente-cinq. Pour les Français de l’étranger, la rediffusion est assurée par RFO sur la chaîne Tempo. Enfin, un flux RealVideo de la version complète, avant montage, est disponible sur le site internet de France 5.

[article édité le 25 juin 2010 pour supprimer les liens brisés. En effet, la diffusion de cette excellente émission a été arrêtée fin juin 2007 sur décision de la direction de France 5. Le Big Bang Blog a été également fermé car, en septembre de la même année, l’émission est de retour, mais sur le réseau internet, au travers d’un site web. Celui-ci propose des articles et une diffusion en streaming vidéo. L’émission est également présente sur le bouquet Freebox TV]

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.
5 Responses
  1. Je suis d’accord, mais moi c’est un de mes truc.
    Mais attention, je ne suis aucun programme, je m’explique, considérant que la programmation est à 80 % abrutissant, j’enregistre sur disque dur ceux qui me plaisent. Car je désire ne pas suivre l’obligation d’avoir à supporter des horaires imposés, de plus possédant la TV par satellite et ADSL, je dispose d’une vue globale sur la paysage audiovisuel mondial; bref, je choisis mes programmes et filtre les pubs et autres désagréments qui m’empêche de suivre avec attention la TV (la science, les émissions thématiques du type « ça se dispute » sur iTELE, ou « Arrêts sur images » sur France5, et des dizaines d’autres, comme Larry King Live, etc… pour les chaînes étrangères; et des séries TV, comme Star Trek, Lost, ect…).

    Reste quelques déceptions concernant le PAF, comme l’arrêt du magazine « Archimède » sur ARTE, pour lequel je me battu, mais ce fut une bataille vaine, comme tu le dis si bien, il n’y en a que pour les chiffres, dommage… Et sans compter sur ces Real TV Shows qui pourrissent toute la TV du Monde !

    En tout cas, si un jour, tu venais à prendre le satellite, cours acheté un disque dur graveur DVD, ça change la vie (du style Tivo), on peut se faire de vrais programmes, selon ses envies, et non plus de façon imposée.

    Nicholas, un téléspectateur déçu de la programmation du PAF et des autres…

    • Smop dit :

      Lorsque j’habitais sur la Côte d’Azur, j’étais abonné au bouquet complet de Canal Satellite. J’avais également un lecteur/enregistreur de DVD avec disque dur intégré. Mais, et c’est pour cela que je parlais d’expérience, je ne m’en servais quasiment pas. Je ne souhaite pas consacrer du temps à me faire ma propre programmation, tout du moins tant que les journées ne dureront que 24 heures.

      • Je comprends, c’est vrai que la programmation du temps et ce n’est pas réellement un plaisr !
        Et concernant, « Arrêt sur images », j’ai entendu des rumeurs sur une possible déprogrammation, la cause serait que l’émission s’en prendrait trop souvent au service public, surtout à France2; bref une rumeur, mais elle a fait réagir les intéressés, tel Daniel Schneidermann qui à contredit; mais sait-on jamais…

  2. Pour ma part, je suis un des rares à ne pas avoir de télévision chez moi. Enfin si, j’ai bien une carte TV sur une de mes machines, mais je ne m’en sert jamais, sauf quand ça vaut _vraiment_ le coup.

    • Smop dit :

      Essaie tout de même de jeter un oeil à l’émission « Arrêt sur images » dans sa version disponible sur le réseau Internet. Je suis sûr qu’elle t’intéressera. Et puisque tu abordes parfois les sujets de société sur ton blog, les articles publiés sur le « Big Bang Blog », ainsi que leurs commentaires, pourraient bien te passionner.

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>