4h15 plus tard

Encore une nuit trop courte. 4h15 de sommeil. Il va vraiment falloir être plus raisonnable. Réveil à 9h et la chambre d’hôtel offre une magnifique vue sur le Liechtenstein. Pendant le petit déjeuner avec T., le patron de l’hôtel vient papoter avec nous dans un français parfait. Il a vécu en France jusqu’à la fin des années 50, et de plus est amateur de motos. Départ vers 11h30. L’hôtel Oberland (Trisenberg, Liechtenstein) est une excellente adresse à retenir.

Nous traversons Vaduz, la « grande » ville, en quelques minutes et entrons en Autriche. Comme la veille en venant de Suisse, rien ne matérialise la ligne frontalière du Liechtenstein. Nous faisons le plein d’essence et achetons la vignette autoroutière autrichienne. Direction Innsbruck, à 200 km de là. Nous allons avoir notre lot de petites routes d’ici quelques jours, alors pour l’instant, nous essayons de nous déplacer le plus rapidement possible. L’Autriche ressemble à la Suisse avec ses tunnels interminables, ses montagnes majestueuses, ses pâturages très verts, ses chalets en bois, son coté très « propret ».

Nous arrivons vers 14h à Innsbruck, sous ce même soleil de plomb qui nous accompagne depuis le départ de Paris. Le thermomètre de la moto indique jusqu’à 33 degrés et T. et moi dégoulinons de sueur sous nos équipements de moto. Le centre d’Innsbruck est assez sympa et très touristique. Nous déjeunons dans un restaurant que T. a trouvé dans le guide Lonely Planet. C’est notre véritable premier repas et on ne peut pas dire que la gastronomie autrichienne soit très légère ! Et moi qui avais espoir de profiter de ce voyage pour perdre quelques kilos…

Enfin repus, nous voici à nouveau chevauchant nos deux gros panzers BMW. Après quelques kilomètres de voie express, nous nous engageons sur les routes nationales locales. Il est assez difficile de doubler et les voitures roulent souvent lentement. Je commence à vraiment ressentir la fatigue et mes paupières deviennent de plus en plus lourdes ce qui nous oblige de nous arrêter à deux reprises. Au fil des kilomètres, les paysages sont de plus en plus beaux, et les routes sont en excellent état. Je m’amuse même à « attaquer » gentiment de temps à autre, malgré le chargement imposant de la moto. Je suis très surpris par le nombre de motards que nous croisons, et encore plus par les très nombreuses Harley Davidson. La moto semble être très populaire en Autriche, et je croise même beaucoup de motardes.

Vers 18h30, nous arrivons au « clou » de la journée, la route du Grossglockner. Il s’agit d’une trois-voies qui traverse le parc national des Hohe Tauem, où se trouve le plus haut sommet d’Autriche, culminant à 3800 mètres d’altitude. La route en elle-même est simplement exceptionnelle ! 48 kilomètres, 36 lacets et 2500 mètres de dénivelé… Au sommet, la température tombe à 10 degrés et nous avons presque froid. Les sommets qui nous entourent sont à couper le souffle avec leurs glaciers et leur cascades. Sans oublier la largeur de la route et la qualité du revêtement qui permettent de franchement s’amuser. Mais gare à l’erreur de pilotage, les barrières de sécurité sont quasiment inexistantes.

La nuit tombant, nous arrivons à notre hôtel, juste au pied de la route du Grossglockner. T., qui est de nous deux le « navigateur », a trouvé un établissement jouissant d’une excellente réputation, le Chalet-Hôtel Senger, à Heiligenblut. Nous avions réservé hier, sur booking.com, une « suite ». Nous ne sommes pas déçu, il s’agit d’un véritable petit appartement. Nous avons diné au restaurant de l’hôtel, plutôt pas mal.

Au total, nous avons roulé 374,3 kilomètres aujourd’hui. Demain soir, si tout va bien, nous devrions être en Hongrie, sur les bords du lac Balaton. Il est près de 1h30 du matin. Une douche, et au lit. J’ai vraiment besoin d’une bonne nuit de sommeil !

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.
One Response
  1. pawa dit :

    Cette fois c’est bien parti ! Les déboires suisses seront vite oubliés (faut jamais passer par la suisse, j’ai des souvenirs cuisants …)
    On va vous suivre avec assiduité dans votre périple

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>