Archive for » septembre, 2005 «

26 nouvelles photos en ligne !

Voici une série de vingt-six nouvelles photos dans la galerie (125 à 150, pages 16 à 19).

J’ai essayé de faire quelques enregistrements de Radio Polynésie (RFO) pour les mettre en ligne. J’avais trouvé amusante, entre autres, la rubrique “communiqués” de cette radio. Malheureusement, mon dictaphone n’est pas très adapté pour faire ce type d’enregistrements. J’en ai donc abandonné provisoirement l’idée mais je vais essayer à l’occasion de connecter directement un tuner radio à mon PowerBook.

Dans la colonne de droite du blog, sous le bulletin météo actualisé de Tahiti et le point GPS de l’endroit où je me trouve actuellement, j’ai rajouté un lien pour que l’on puisse me contacter par e-mail. Ce blog ayant été à l’origine destiné uniquement aux quelques amis qui suivaient mon itinéraire, j’avais complètement omis le fait que d’autres lecteurs ne me connaissant pas pouvaient avoir envie de m’écrire. L’erreur est maintenant corrigée !

A noter que le seul intérêt, ou presque, de s’enregistrer sur ce blog est de pouvoir commenter ou répondre publiquement aux articles que j’écris. Pour lire les textes ou m’envoyer un e-mail, ce n’est bien entendu pas nécessaire.

A très bientôt !

Ca déménage…!

Ces trois dernières semaines ont été assez riches en nouveautés. Je ne sais pas si je peux vraiment parler de progrès, mais au moins de changements. J’en étais resté au 10 août, veille de la réunion annuelle du conseil d’administration de l’industrie perlière. Si le lecteur a suivi les épisodes précédents, il se souviendra que Sandra, la conseillère technique du Ministère de la Mer, devait y présenter le CD-ROM de la société d’Aldo. Le succès de ce produit pouvait me permettre d’espérer en tirer un profit intéressant et surtout d’avoir l’esprit plus libre pour prolonger mon séjour à Tahiti. En réalité, c’est plutôt l’idée de devoir rentrer quelque temps en France qui m’avait motivé dans ma collaboration avec Aldo. Comme je l’ai déjà écrit, je ne peux pas dire que ce que j’ai vu jusqu’à présent de la Polynésie m’a vraiment emballé. Quoi qu’il en soit, ce n’est qu’une étape de plus et si je parviens à rester ici, ce ne sera que pour quelques années tout au plus. Fidèle à mon leitmotiv : Le bonheur est dans le changement. Dans quelques semaines j’aurai quarante ans. Je me dis que je pourrai encore me permettre cette errance volontaire pendant une quinzaine ou une vingtaine d’années. Ce qui arrivera ensuite, je ne veux même pas y penser. Tant de choses peuvent se passer d’ici là…

J’ai toujours trouvé aberrante cette obsession de beaucoup de gens dans les sociétés développées de vouloir “préparer leurs vieux jours”. J’ai encore l’image très nette de ce copain d’enfance qui m’avait demandé, alors que nous étions tous les deux âgés d’environ vingt-cinq ans, si je ne m’inquiétais pas pour … ma retraite ! J’ai rarement entendu une question aussi conne, surtout à l’âge que nous avions. Autrement dit, il est communément gravé dans l’esprit de la majorité des gens qu’il faut passer sa vie d’adulte à amasser un capital en vue des quinze dernières années de sa vie. Si on rajoute à ça les autres “règles” qu’on nous inculque, à savoir dans l’ordre : Les études, la carrière, le mariage et les enfants, il me vient furieusement à l’esprit l’image d’une batterie de poulets d’élevage. Là où ça me fait bien marrer, c’est quand je croise ces “vieux” qui se plaignent du monde qu’ils ont eux-mêmes construit ou soutenu. Il y a aussi ceux qui disent qu’ils ont fait des enfants pour que ces derniers s’occupent d’eux plus tard, or il est bien connu que les relations familiales deviennent vite une source de conflits quand les uns deviennent une charge pour les autres. Quand je regarde autour de moi, la majorité des individus attendent essentiellement deux choses de leurs parents : Garder leurs gamins et figurer en bonne place sur leur testament, histoire de pouvoir terminer de payer les traites de la maison de vacances. Autant de constatations qui me donnent à penser que les notions de famille et de filiation mériteraient une sérieuse remise en question. Ici aussi la religion a une lourde part de responsabilité en prônant une morale dont les effets pervers sont bien connus.

more…