BMW R1200GS/A 2014

2014, année du retour chez la marque à l’hélice ! J’entends déjà les murmures ironiques de la bonne vieille clientèle traditionnelle BMW, conservatrice parmi les conservateurs. Eh bien non, je ne regrette absolument pas mon passage l’année dernière chez les « oranges ». Alors, si satisfait de mon expérience KTM, pourquoi encore changer ? Franchement ? L’attrait de la nouveauté, tout simplement ! Je le clame haut et fort depuis toujours, le bonheur est dans le changement. J’applique cette philosophie de vie à presque tout et la moto ne fait pas exception. Ce sera donc mon septième deux-roues depuis mon retour de Tahiti, il y a déjà quatre ans et demi.

BMW R1200GS Adventure 2014 : Premiers dessins

Mise à part l’envie perpétuelle de changement, il y a quand même deux détails qui ont penché en faveur de celui-ci. Le premier est l’autonomie. En utilisation urbaine « dynamique » et avec un moteur non bridé, la consommation de la KTM 1190 Adventure R peut s’envoler. Dans ces conditions, le malheureux réservoir de 23 litres impose des arrêts (trop) fréquents. Un réservoir de 30 litres serait en préparation chez le constructeur autrichien, mais il est impossible d’avoir un quelconque engagement sur sa date de commercialisation. Je pense que si ce gros réservoir était déjà disponible, j’aurais attendu encore une année avant de changer de moto. Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi il n’y a pas plus de motos sur le marché équipées d’origine d’un gros réservoir. C’est tellement pratique ! À l’exception de l’exotique Moto Guzzi Stelvio, seule la BMW R1200GS Adventure propose l’emport de 30 litres ou plus. Le second point ayant participé à ma décision de changement est que je suis absolument incapable d’être raisonnable au guidon de la KTM. Son moteur est tellement fantastique et sa partie cycle si saine que cet engin est un terrifiant « pousse au crime » avec lequel je ne peux m’empêcher de rouler au taquet. Je me surprends même à m’amuser comme un jeune écervelé à faire des wheelings entre les feux rouges parisiens, c’est dire ! Depuis que je roule en moto, j’ai toujours accepté le risque, relativement important, d’avoir un jour un accident grave. Avec la KTM, je pousse ce risque au-delà de ce qui me semble acceptable. Donc voilà, mis bout à bout, les trois éléments déclencheurs – ou le prétexte – de ce nouveau changement.

Katoche ou Béhème ? Maxi-trail ou GT ?

Pour le reste, ces derniers mois, on m’a souvent demandé de comparer la KTM 1190 Adventure R aux BMW R1200GS[A]. J’en suis venu à la conclusion que ces modèles se valent. Chacun a ses points forts et ses points faibles, mais une fois arrivé au bilan global, il est difficile de les départager, sauf pour certaines utilisations. Par exemple, la KTM sera à mon avis meilleure en tout-terrain alors que la BMW sera plus confortable en duo. À propos de tout-terrain, je regrette vraiment que les gros trails d’aujourd’hui deviennent presque exclusivement routiers. À l’exception de KTM justement, où est donc passé l’esprit des Yamaha XT 500, Honda Africa Twin et autres BMW R80 G/S ? S’il s’agit de rester sagement sur le bitume, une BMW R1200RT sera probablement aussi efficace que sa cousine GS[A] tout en offrant un confort bien supérieur. Sérieusement, comment des machines telles que la Honda Crosstourer ou la Triumph Tiger Explorer peuvent-elles encore prétendre au segment trail ? Chez BMW aussi, chaque nouvelle génération de GS[A] s’éloigne un peu plus de sa vocation initiale et je ne serais pas surpris d’être tenté de retourner chez KTM la prochaine fois.

BMW R1200GS Adventure 2014 : Côté gauche

Dès le lendemain de la soirée de lancement de la nouvelle R1200GS Adventure, la concession BMW Motorrad Paris m’a prêté pour une heure un modèle d’essai. Il s’agit d’une version blanche, la plus jolie à mon goût, avec seulement 200 km au compteur et équipée de la quasi-totalité des options disponibles. J’avais déjà pu voir de près la bête deux mois auparavant, lors du mondial du deux-roues 2013. Je ne peux pas dire que j’avais été très emballé. J’avais remarqué quelques détails de finition très discutables sur une moto de ce prix. Les premières minutes de ce second contact n’ont guère été plus enthousiasmantes. Tiens, par exemple, comment les ingénieurs BMW ont-ils pu concevoir une selle pilote qui, réglée en position haute, laisse un espace de près de deux centimètres avec le réservoir ? Ou encore, ce défaut d’ajustement des plastiques du réservoir, ces nombreux trous sans caches…

BMW R1200GS Adventure 2014 : Côté droit

En lâchant le guidon de la KTM pour celui de la BMW, ma crainte était de trouver le gros flat bavarois peu expressif. Je n’avais pas encore eu l’occasion d’essayer ce nouveau moteur, équipant déjà la GS « standard » depuis un an. En cartographie « Dynamic », j’ai été agréablement surpris par sa vivacité et sa capacité à reprendre à très bas régime sans à-coups. Bien qu’étant bridé à 107 chevaux, législation française oblige, je n’ai pas été frustré par la différence de 43 chevaux en faveur de ma KTM (qui pèse aussi une vingtaine de kilos de moins, tous pleins faits). Bien sûr, cette première opinion est à confirmer sur la route, car je n’ai roulé qu’en ville, sans vraiment pouvoir exploiter la cavalerie, mais c’est déjà un bon signe. J’ai noté que les divers bruits mécaniques sont très audibles et que la sonorité du silencieux d’échappement Akrapovič n’est pas des plus discrètes. Ceux qui se plaignaient du bruit de la dernière génération de GS à refroidissement par air n’ont manifestement pas été écoutés. Du côté de la tenue de route, difficile de se faire une opinion dans les conditions de mon essai. La première chose qui se ressent immédiatement est l’absence de plongée au freinage, particularité du Telelever. On retrouve toujours le système d’amortissement asservi ESA, dont le réglage est désormais lié à la cartographie moteur sélectionnée. Je n’ai aucun doute quant à la longue expérience de BMW et sa capacité de mettre au point une partie cycle très saine. Le rayon de braquage est toujours aussi bon. J’ai cependant trouvé l’avant nettement plus lourd que celui de la KTM. Il demande plus d’efforts lors des gymkhanas à très basse vitesse. Cela est peut-être dû à l’angle de chasse, plus important sur la BMW, au surpoids du train avant ou bien encore à la largeur du pneu. La BMW était montée en Continental Trail Attack 2, excellents pneus mixtes que j’ai eu aussi l’occasion de tester sur la KTM. J’ai été un peu déçu par le freinage de l’allemande, qui m’a paru nettement moins incisif que celui de l’autrichienne. Comme sur toutes les motos modernes, l’électronique est omniprésente. Sur la BMW, l’ABS et l’antipatinage m’ont semblé un peu plus intrusifs, mais aussi plus doux que sur la KTM. Le commodo gauche regroupe sur les deux motos pléthore de fonctions, celui de la BMW étant surchargé. Il est presque du niveau de celui de la R1200RT, avec sa grosse molette de commande du GPS et son bouton de régulateur de vitesse. Bien que l’ayant peu utilisé, il m’a semblé que le bouton des clignotants n’est pas très intuitif. Je fais partie de ceux qui regrettent beaucoup l’ancien système de BMW, avec ses deux grands boutons distincts. De manière générale, les commandes au guidon, frein, embrayage et accélérateur (ride-by-wire) sont en net progrès depuis la génération précédente de GS. Elles sont d’une douceur parfaite. Seule la sélection de vitesses est encore perfectible, entre bruits de pignonnerie et point mort demandant un peu d’habitude pour le trouver. J’ai apprécié le tableau de bord, certainement le plus complet que je connaisse sur une moto. Son éclairage blanc est très agréable. S’il fallait lui reprocher quelque chose, ce serait peut-être la taille des chiffres du tachymètre, un peu juste. À propos d’éclairage, le phare à LED, complété par un feu diurne et une paire d’antibrouillards, est excellent. Pour terminer, quelques mots sur le confort. Disons-le tout de suite, j’ai un avis mitigé. Comme sur l’ancienne GS Adventure, la mousse de la selle est bien trop molle. Au début, c’est agréable, puis au bout d’une heure ou deux, ça l’est beaucoup moins. Pour moi, il s’agit de la toute première modification à faire après achat. Une fois encore, les selliers vont voir leur carnet de commandes se remplir ! La bulle, anguleuse et assez plate, vibre beaucoup. Par ailleurs, bien qu’elle soit réglable en hauteur, quelques centimètres de plus n’auraient pas été superflus pour les grands gabarits. Les repose-pieds gagneraient sans doute aussi à être abaissés, mes jambes étant trop pliées. BMW propose d’ailleurs, parmi les accessoires, de très jolis éléments forgés réglables. Curieusement, alors que sur le papier la GSA et la KTM 1190 R affichent exactement la même hauteur de selle, la BMW m’a paru plus basse. J’imagine que c’est dû à l’affaissement de la mousse et aux repose-pieds placés plus haut.

La nuit porte conseil…

Après cet essai, je me suis donné une nuit de réflexion, pas totalement convaincu de l’utilité de cet achat et aussi par crainte de regretter la KTM. J’ai finalement craqué, n’ayant pu résister, comme je l’écrivais en préambule, à l’attrait de la nouveauté. J’avais déjà l’offre négociée en main, avec une remise de 5% sur la moto et ses options, et de 15% sur les accessoires. J’ai également obtenu l’équivalent en remise de 300 € supplémentaires afin de couvrir les consommables de la révision des 1000 km et une participation au remplacement des selles d’origines par un modèle plus haut et plus ferme. Le 1er février 2014, la signature du bon de commande et le versement d’un acompte ne furent plus qu’une simple formalité. À présent, il ne me reste plus qu’à attendre la livraison de mon nouveau jouet, programmée pour la fin du mois d’avril !

Et voilà, j’ai pris possession de mon nouveau jouet le lundi 12 mai ! Le temps de faire quelques milliers de kilomètres, je complèterai prochainement cette page avec mes premières impressions.

BMW R1200GS Adventure 2014 : Livrée !

14074 kilomètres plus loin

Lorque j’ai publié le texte ci-dessus, j’avais promis de partager ici mes premières impressions. Ce seront également mes dernières, car à l’heure où j’écris ces lignes, ma R1200GS Adventure n’est plus qu’une épave… Pour la première fois de ma vie de motard, j’ai réussi à plier une moto ! Fin janvier 2015, j’ai perdu le contrôle de la grosse dondon sur une trainée d’huile laissée par un véhicule municipal en panne un peu plus loin. Je n’ai été que très légèrement blessé, mais la moto a beaucoup moins bien vécu sa malheureuse cabriole. Le cadre a été endommagé, le réservoir éventré, et la liste des pièces et accessoires détruits ici et là s’étale sur trois pages. L’expert mandaté par mon assureur a estimé que le véhicule était économiquement réparable, mais le montant des travaux de remise en état dépassant les 80% de sa valeur vénale, j’ai préféré le céder à mon assureur. Mon contrat prévoyant une indemnisation en « valeur à neuf », j’ai été dédommagé de l’intégralité du préjudice. J’ai été reconnu non-responsable de mon accident et n’ai perdu aucun bonus ni franchise. Au bout du compte, j’ai utilisé cette moto pendant huit mois en ne payant que son assurance, son carburant et son entretien ! Si j’osais, je pourrais presque en conclure que mon accident a été une bonne affaire… Le plus dur a été de me retrouver piéton pendant deux mois. J’en profite pour souligner que mon assureur, la mutuelle Filia-MAIF, a été très efficace et professionnel dans sa gestion du sinistre.

J’ai relativement peu roulé avec cette moto. Plus exactement, j’ai parcouru 12000 km les trois premiers mois, puis seulement 2000 km durant les six mois qui ont suivi. J’ai fait quelques petits tours en Grande-Bretagne, Hollande, Belgique, Suisse, Autriche et Allemagne, ainsi qu’une boucle dans le sud de la France. En relisant ce que j’avais écrit lors de mon bref essai en février 2014, je me rends compte que j’avais déjà relevé l’essentiel des qualités et des défauts de cette moto. J’avais trouvé qu’elle semblait plus lourde et un peu moins maniable que la précédente, ça s’est confirmé. Tout comme la vraie réussite qu’est le nouveau moteur à refroidissement semi-liquide. J’ai presque toujours roulé avec le réglage de cartographie « Dynamic » et la vivacité du nouveau flat twin est sans commune mesure supérieure à celle du moteur de la génération précédente. Par ailleurs, j’ai regretté de n’avoir pas tenu compte de mes premières impressions sur le bruit de l’échappement. Le remplacement du silencieux d’origine par un Akrapovič a été une erreur. Son volume sonore s’est révélé pénible à la longue.

Pour le reste, la R1200GS Adventure est toujours une machine très aboutie, même si elle s’embourgeoise de plus en plus. L’électronique est efficace et les gadgets en tout genre pratiques à l’utilisation. Je me suis habitué aux vibrations de la bulle, pas si gênantes que ça au fond. La selle pilote haute de Touratech et les magnifiques repose-pieds réglables vendus en option par BMW ont amélioré quelque peu la position de conduite. Cette moto m’a également permis de découvrir pour la première fois les joies du shifter « pro » de BMW. Une fois l’habitude prise de monter et de descendre les vitesses au bon régime, c’est un vrai bonheur ! Du côté de la consommation de carburant, les valeurs sont similaires à celles de ma précédente GSA. J’ai mesuré une moyenne globale de 7,5 litres aux cent kilomètres, tenant compte du fait que je roule beaucoup en milieu urbain et ai généralement la « main lourde » sur la poignée des gaz [relevé intégral]. Enfin, j’ai eu la malchance d’avoir en monte pneumatique d’origine un train de Michelin Anakee III, remplacés à 9904 km par les excellents Metzeler Tourance Next.

Pour terminer sur un détail inquiétant, j’ai été stupéfait de constater l’état du réservoir de carburant après mon accident. Le flanc droit a été découpé comme une vulgaire boite de conserve, vraisemblablement … par mon genou ! L’aluminium est particulièrement fin et je n’ose pas imaginer les éventuelles conséquences d’une mauvaise chute, même à basse vitesse et surtout avec un réservoir plein. Voilà qui n’est vraiment pas digne d’un maxi-trail théoriquement conçu pour aller au bout du monde !

Les histoires d'amour finissent mal (en général) !

Comme toujours, voici le récapitulatif détaillé des dépenses engagées sur cette moto, à commencer par les détails de son acquisition. Les prix indiqués sont ceux effectivement payés, tenant compte des remises, promotions et taxes, mais hors frais de port éventuels ni commissions bancaires pour les achats en devises étrangères.

Achat de la moto

BMW R1200GS Adventure, couleur 751 (Alpine white), commandée le 01/02/2014 chez BMW Motorrad Paris, immatriculée le 06/05/2014, livrée le 12/05/2014, garantie deux ans, assurée chez Filia-MAIF.
 
BMW R1200GS Adventure 16650,00 €
 
Options BMW
 
Pack Touring, comprenant : 1760,00 €
 
– ESA Dynamic (suspensions pilotées semi-actives)
– Ordinateur de bord Pro
– Préparation GPS
– Régulateur de vitesse
– Feux antibrouillard
– Support de valises aluminium
 
Pack Dynamic, comprenant : 1030,00 €
 
– Feux à LED
– Feu diurne
– Mode conduite Pro
– Clignotants LED blancs
 
Pack Confort, comprenant : 445,00 €
 
– Echappement chromé
– Poignées chauffantes
– RDC (capteur de pression des pneus)
 
Alarme antivol 215,00 €
 
Accessoires BMW
 
Valises latérales aluminium (36/44 litres) 939,00 €
Topcase aluminium (32 litres) avec dosseret et platine 649,00 €
Poignées de transport pour valises et topcase aluminium (3) 87,00 €
Sacs intérieurs pour valises et topcase aluminium (3) 327,00 €
Sacoche de réservoir (12/16 litres) 249,00 €
Insert Vario 2 pour sacoche de réservoir 49,00 €
Silencieux d’échappement « sport » HP Akrapovič 899,00 €
Protection de phare 99,00 €
Repose-pied pilote réglables 203,00 €
Sabot moteur Enduro en aluminium 260,00 €
GPS BMW Navigator V (Garmin) avec bloc d’alimentation 758,00 €
Jeu d’outillage de bord de maintenance 151,00 €
Extracteur pour bobine crayon 2,00 €
Vis de sécurité pour tubulure de remplissage d’huile 40,00 €
Shifter Pro avec CD de paramétrage 443,00 €
 
Pack Livraison, comprenant : 502,00 €
 
– Certificat d’immatriculation
– Carburant
– Plaque d’immatriculation
– Tatouage antivol
 
Remise (9,41% sur le total moto, options, accessoires, frais de livraison) -2424,00 €
 
Coût total d’achat de la moto 23333,00 €
 
Accessoires
 
Selle confort conducteur haute, Touratech – réf. 045-5902 341,72 €
Selle confort passager, Touratech – réf. 045-5907 310,56 €
Sélecteur de vitesses réglable, Wunderlich – réf. 26280-101 113,05 €
Réhausseur de guidon Ergo + (40mm), Wunderlich – réf. 41970-111 92,90 €
Spoiler pour protège-mains BMW (set), Touratech – réf. 045-5665 41,44 €
Extension plaque métallique béquille latérale, Touratech – réf. 045-5276 25,86 €
Protection de contacteur de béquille latérale, Touratech – réf. 045-5105 25,78 €
Protection de radiateur acier inoxydable, Touratech – réf. 045-5017 89,22 €
Patin de protection cardan, Touratech – réf. 045-5505 41,44 €
Protection anti-frottement cardan, Touratech – réf. 045-5500 134,92 €
Cache capteur ABS avant, Touratech – ref. 045-5005 17,55 €
Jeu de caches d’étrier de frein avant, Touratech – réf. 045-5172 51,83 €
Protection réservoir liquide frein arrière, Touratech – réf. 045-5030 25,86 €
Protection du cadre grand format, gauche, Touratech – réf. 045-5035 41,44 €
Protection du cadre grand format, droite, Touratech – réf. 045-5036 41,44 €
Jeu de protections crashbars BMW, Twalcom – réf. AA.02.01759.001.013 245,34 €
Bavette pour plaque d’immatriculation, Touratech – réf. 045-5001 25,86 €
Garde-boue arrière Machineart MudSling, Wunderlich – réf. 40821-002 147,88 €
Boîte en alu ADV LC avec logo noir/gris, Lorenzo 130,00 €
Film protecteur en PVC mat pour les valises alu, Lorenzo 18,00 €
Poche porte-papiers, Lorenzo 22,00 €
Sacoche sous porte-bagages, Touratech – réf. 045-5837 41,44 €
Support de vignette d’assurance, Bihr – réf. 440845 20,00 €
Rétroviseur Double Take (2), Adventure Mirror 50,64 €
Base pour filetage rétroviseur (2), RAM Mount – réf. RAM-B-349-1U 24,38 €
Bras pour boule standard B (2), RAM Mount – réf. RAM-B-201U 31,09 €
Bandes réfléchissantes topcase, Twalcom – réf. AP.01.00284.001.002 24,69 €
Bandes réfléchissantes valises, Twalcom – réf. AP.01.00057.001.002 35,47 €
Protège-réservoir, Dafy Moto 9,90 €
Caches de tubes de fourche en aluminium anodisé, Hornig – réf. 0220 19,95 €
Caches en aluminium des trous de pare-chutes, Hornig – réf. 0442 21,90 €
Trousse à outils, Wunderlich – réf. 21610-000 9,41 €
Clé de démontage de roue avant, Wunderlich – réf. 21300-000 21,84 €
Extracteur de cosse de bougie d’allumage, Wunderlich – réf. 21560-000 18,91 €
Clé Torx TX 55 Gedore, Touratech – réf. 070-2102 13,40 €
Kit de crevaison Stop&Go PTP, Touratech – réf. 070-6003 34,17 €
Cartouches Co² (x3), Touratech – réf. 070-0288 24,62 €
Carte microSDXC 64 Go (pour GPS), SanDisk – réf. SDSDQX-064G-U46A 79,90 €
Abonnement annuel Cyclops Europe, Garmin – réf. 010-11497-00 29,95 €
Abonnement annuel Cyclops France, Garmin – réf. 010-11499-00 9,95 €
Extra POI Pack, Garmin – réf. 010-D1369-00 19,96 €
Plaque d’immatriculation plexiglas 170×130, Worldplak 16,50 €
Antivol U Granit Extrême 59/180HB310 Abus – réf. 20187 145,90 €
Support d’antivol « U », Abus – réf. SH 59 22,99 €
Bloque-disque Granit Sledg 77 SRA jaune, Abus – réf. 52283 90,00 €
 
Coût total accessoires 2801,06 €
 
Entretien
 
Dégraissant Motul – réf. P2 Brake Clean 9,70 €
Nettoyant Motul – réf. E7 Insect Remover 9,10 €
Liquide de nettoyage pour les valises alu, Lorenzo 7,00 €
Vis de carrosserie à collet (2), BMW – réf. 46 63 8 521 654 3,00 €
Garde-boue avant, partie supérieure droite, BMW – réf. 46 61 8 548 376 89,92 €
Déflecteur d’arrivée d’air droit, BMW – réf. 46 63 8 536 948 15,72 €
Bidon d’huile 1 litre Castrol Power 1 Racing 4T 5W-40 22,00 €
Pneu avant Metzeler Tourance Next 120/70R19 60V TL 102,90 €
Pneu arrière Metzeler Tourance Next 170/60R17 72V TL 119,90 €
Jeu de plaquettes de frein arrière, BMW – réf. 34 21 8 534 821 65,04 €
 
Contrôle de rodage – BMW Motorrad Paris
(1257 km le 20/05/14)
 
– Castrol Power 1 Racing 5W40 (4 litres) 88,27 €
– Anneau d’étanchéité A20x24-AL 0,52 €
– Filtre à huile 17,41 €
– Top Blend 75W90 Kernite (0,2 litre) 4,84 €
– Joint torique 11,2×1,8 1,06 €
– Anneau d’étanchéité A12x16-CU 0,52 €
 
Remplacement pneus avant et arrière (fournis) – Calymotos 55,00 €
(9904 km le 07/08/14)
 
Révision des 10000 km – BMW Motorrad Paris
(9924 km le 08/08/14)
 
– Service BMW 10000 km 44,71 €
– Vidange huile moteur et remplacement du filtre 22,36 €
– Contrôle du logiciel 14,90 €
– Activation date de service et vérifications diverses 7,45 €
– Castrol Power 1 Racing 5W40 (4,2 litres) 92,69 €
– Anneau d’étanchéité A20x24-AL 0,52 €
– Filtre à huile 17,41 €
 
Remplacement plaquettes de frein arrière 0,00 €
(12382 km le 28/08/14)
 
Coût total entretien 811,94 €
 
Triste fin donc pour ma sixième BMW, après seulement huit mois, dix jours et 14074 km. Mais voyons le bon côté des choses : je vais pouvoir retrouver l’espace d’un instant l’excitation d’une nouvelle moto ! Cette fois, ce sera une belle italienne, d’un genre radicalement différent…

Dernière mise à jour de cette page : Mardi 24 mars 2015