Corinne, Arnaud ou Olivier ?

Urne

Le solstice d’hiver est enfin passé. Je rappelle que la Polynésie étant dans l’hémisphère sud, c’était le jour le plus court de l’année. En ce moment, le soleil ne se lève que pour onze heures, de 6h30 du matin à 17h30 de l’après-midi. Cela dit, la différence entre le solstice d’été et celui d’hiver n’est que de deux heures à Tahiti, pas de quoi sentir un réel changement. Voilà l’une des rares choses qui me manquent de l’Europe, ce plaisir de pouvoir encore profiter de la lumière du jour à 22 heures ! Ce 21 juin est également la date de la fête de la musique, dont c’était la 25e édition cette année. L’événement ne m’a jamais vraiment intéressé, n’appréciant guère ni la foule ni le bruit. Comme d’habitude, je n’ai pas mis le nez dehors ce soir-là.

Ces festivités me rappellent toujours l’élection de François Mitterrand le 10 mai 1981. Ce fut son premier gouvernement qui apporta une véritable bouffée de liberté à la jeunesse. La fête de la musique n’est qu’un exemple parmi d’autres. J’avais presque seize ans et c’était l’avènement des radios libres sur la bande FM qui m’avait beaucoup marqué à l’époque. J’étais fan de Carbone 14, la “radio active” au style si provocateur (à écouter). L’euphorie fut de courte durée, car Michelle Cotta, alors présidente de la Haute Autorité de la communication audiovisuelle sonna assez rapidement le glas de cette radio et de quelques autres, au ton jugé trop impertinent. Je compris alors qu’un Etat, qu’il soit dirigé par un gouvernement de droite comme de gauche, restera toujours un Etat. Autrement dit une structure pyramidale dont le rôle est de couper les têtes qui dépassent, en se réfugiant derrière un discours de cohérence sociale. Voilà pourquoi je n’ai encore jamais mis de bulletin de vote dans une urne électorale.

Je ferai peut-être une exception pour les élections présidentielles de 2007, échaudé comme beaucoup par le nauséabond coup de théâtre de 2002. Au moins, il aura servi à quelque chose. Je me suis inscrit en décembre à Papeete sur les listes électorales, ce qui est une grande première pour moi. Cela dit, si je m’en tiens aux prétendants qui ont le vent en poupe aujourd’hui, le choix risque d’être très difficile.

Soi-disant à gauche, Ségolène Royal, la très antipathique néopuritaine revancharde. Son concubin François Hollande ne vaut guère mieux. Rien à dire, rien à défendre, et une tête à être sous-fonctionnaire dans une sous-préfecture. Loin à droite, Nicolas Sarkozy, un exécrable avocat d’affaires, ultra-libéral, autoritaire, manipulateur, démagogue, arriviste, incompétent et corrompu, comme la plupart de ses compères de l’ex-RPR. S’il y a bien un seul immigré qu’on devrait expulser de France, ce serait celui-là ! Je l’entendais encore récemment claironner dans un meeting, dont les participants semblaient en majorité venir d’une maison de retraite, qu’il souhaitait un modèle de société où il fallait travailler plus pour pouvoir gagner plus. Dans l’autre camp, on encourage à travailler moins pour le même salaire, ce qui me paraît tout aussi aberrant ! Je n’ai pas la prétention d’être un économiste éclairé, mais pour moi la logique serait de travailler moins pour gagner … moins, afin de permettre à tout le monde d’avoir sa part du gâteau. Le plein-emploi dynamiserait la société et la perte initiale de pouvoir d’achat serait ainsi compensée. Est-ce utopique ? Ou bien alors l’utopie réside-t-elle dans l’ignorance volontaire du mot “solidarité” ? D’autre part, l’intégration sociale ne pourrait-elle pas passer par autre chose que le culte du travail et de l’argent ?

Qu’est ce qui pourrait bien me séduire aujourd’hui ? Les quelques bonnes idées de Corinne Lepage (CAP 21) et ses 1,88 % de suffrages aux dernières présidentielles ? L’intégrité apparente d’Arnaud Montebourg, le “Monsieur Propre” du PS, fondateur du courant ”Rénover Maintenant”, et partisan de l’instauration d’une VIe République ? Ou alors la fraîcheur révolutionnaire d’Olivier Besancenot, porte-parole de la LCR, avec lequel je ne partage pourtant pas spécialement le concept de lutte des classes. En tout cas, si je vote, ce sera vraisemblablement avant tout “contre” celui qui sera le plus à droite, même si je ne me reconnais pas dans la gauche française. Je suis d’ailleurs surpris par le nombre de gens autour de moi qui avouent leur sympathie pour le facteur de Neuilly, sans pour autant être ni extrémistes ni imbéciles. Dans un monde où le retour à une certaine forme d’ordre moral devient de plus en plus manifeste (famille, religion, etc.), la gauche modérée glisse à droite, ce qui conduit à la radicalisation des idées de la partie la plus politisée de son électorat. Le “non” au référendum sur la constitution européenne l’a clairement démontré. Logique…

“Tsunami à l’Elysée”, un roman de politique-fiction, coécrit par Dominique Ambiel et Antoine Rault vient de paraître. Il s’agirait, semble-t-il, d’un règlement de comptes déguisé entre Ambiel et Villepin, le premier accusant le second d’avoir rendue publique une affaire de moeurs dans laquelle il était impliqué, lorsqu’il était conseiller en communication de Raffarin. Au-delà de ces chamailleries, c’est plutôt la seconde partie du livre qui m’intéresse, mettant en scène les prochaines élections présidentielles, avec un duel au second tour entre Olivier Besancenot et Marine Le Pen. Voilà une situation qui serait originale ! Je crois que j’achèterai ce bouquin dès qu’il sera disponible à Tahiti.

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.
7 Responses
  1. Valorisa dit :

    A la question Corinne, Arnaud ou Olivier ? un élément de réponse :

    http://www.syti.net/Organisations.html

  2. Thierry dit :

    Hello Georges,

    Je remarque que tu vas bien ! Tu as le verbe fort et plein de bon sens !

    Cette fois je commente ton billet que j’ai lu avec beaucoup d’attention.
    Je suis quelqu’un qui regrette les années (…80) ou certains « artistes saltimbanques » n’hésitez pas a se mouiller pour dire la verité sur notre monde politique qui ne s’est malheureusement pas amélioré. Nous avons atteint un niveau de connerie que je n’aurais osé soupconner (même bourré).

    Bref, je rejoins tout a fait ton bon sens et ton discernement… et me permet de le souligner par mon petit commentaire… car ! que nous reste-t-il ? Les urnes ? Pas sur mais pourtant le seul outil à notre hauteur ! Tu as glissé un lien sur le nouvel ordre mondial qui nous commandent malgres nous ! et oui le pouvoir de l’argent ! Tres interessant ! J’ai lu dernièrement « Les sources secretes de Anges et démons » (JJ.BEDUS) a propos des ILLUMINATI ; Une enquete et des verités a faire froid dans le dos ! Mon Dieu nous sommes bien peu lorsque nous sommes modestes… Alors effectivement, 2007 en France sera inévitablement un tournant !

    Yaouh… nous sommes bien loin de notre passion commune ! L’info !

    CIAO
    TB

    • Smop dit :

      Thierry, le lien vers le site de Sylvain Timsit (www.syti.net) a été proposé par Valorisa, pas par moi. En toute franchise, je ne suis pas du tout sensible à cette approche teintée d’ésotérisme, et dont la présentation graphique m’évoque furieusement la dérive sectaire. Le mélange Illuminati, Francs-maçons, organisations secrètes, grand complot mondial, etc. me fait penser aux âneries de Dan Brown et de son « Da Vinci Code », où l’on mélange allègrement faits historiques, affabulations et fantasmes. Le français Bernard Werber utilise les mêmes ficelles dans ses bouquins. Les plus grands bénéficiaires de ces histoires en sont leurs auteurs, qui s’en mettent plein les poches en exploitant le filon juteux du genre !

      Si je fuis comme la peste la religion, que je considère toujours comme étant le pire des maux de l’humanité, ce n’est pas pour tomber dans les travers du mysticisme. L’homme faible a besoin de spiritualité pour se rassurer face à aux questions existentielles qu’il se pose. A défaut de réponses, il crée lui-même l’inatteignable, que celui-ci soit humain ou divin. Pour ma part, je reste persuadé que le seul maître de l’homme reste lui-même, en tant qu’individu, unique et éphémère. Comme l’écrivait Sartre, « la religion, c’est l’échappatoire de ceux qui sont trop lâches pour se reconnaître responsables de leurs propres destinées ».

      Pour le reste, comme je pense l’avoir déjà écrit, je me méfie beaucoup du sentiment nostalgique. Qui sont ces « artistes saltimbanques » des années quatre-vingt que tu regrettes ? Coluche ? Bernard Tapie ? Ils ont eu leur place en leur temps, mais cette époque est passée et révolue. D’autres « vérités » ponctuelles et subjectives sont d’actualité aujourd’hui. Et puis, ne dit-on pas que la société n’est que le reflet de ceux qui la composent ?

      Sur les urnes, je ne sais pas si elles sont le « seul outil à notre hauteur ». Je me pose cette question bien souvent et je ne peux m’empêcher de penser qu’une majorité n’est composée que d’une voix supplémentaire. Faut-il remplacer la légitimité de 49 % des suffrages par une seule et unique voix ?

      Merci pour vos commentaires à tous les deux.

  3. Valorisa dit :

    Ici une version déDanBrownisée du monde réel et factuel dans lequel nous vivons :

    http://www.oulala.net/Portail/article.php3?id_article=2442

    Valorisa

    • Smop dit :

      J’ai lu… Décidément, tu aimes bien l’approche « complot » ! Sans vouloir débattre sur le fond, je trouve la démonstration de l’auteur un peu facile. Prendre quelques citations, quelques affirmations « choc », quelques faits supposés véridiques, mettre le tout dans un chaudron et bien secouer, donne une mélasse pamphlétaire qui à mon avis ne veut pas dire grand-chose. D’ailleurs, en cherchant un peu, l’auteur (Christian Basano) est connu pour ses délires nébuleux. Google remonte des dizaines de références sur ce nom. En voici une, sur un site plutôt sérieux, résumant bien le personnage : http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=59806

      J’ai même trouvé des billets signés par ce même « Basanix » sur des sites très douteux, tels que l’islamiste « Voix des opprimés » (http://news.stcom.net/).

      Pour te citer et conclure par ce que je sous-entendais dans mon commentaire précédent, le « monde […] dans lequel nous vivons » est celui que nous construisons, toi, moi et les 6.5 milliards d’autres individus. En clair, l’activisme est l’affaire de chacun…

      • Valorisa dit :

        Dans ce monde, il y a deux versions de l’Histoire, l’une très officielle et que l’on met dans la tête des gens depuis leur plus tendre enfance (école primaire, collège, lycée, études supérieures) jusqu’à leur tombeau, via également le relais des organes de presse classique dédiée à la manipulation des masses (télé, presse écrite, radio) et l’autre, dirons-nous, davantage officieuse et qui commande réellement à la destinée des individus. C’est cette version là qui m’intéresse, pas l’autre….

        L’une rend terriblement dépendant au mensonge et à la duplicité de nos élites transnationales, lénifiant la pensée discriminante jusqu’à sa totale dilution alors que la connaissance de l’autre appelle à l’auto-détermination et à une plus grande vigilance conscientielle.

        Mais peut-être suis-je par trop paranoïaque ou paranoïde ? L’idéal ou le devoir de chacun est de pouvoir ascensionner sa conscience.

        Connais-tu cette vidéo ?

        http://www.dailymotion.com/video/98398/

        A plus tard et surtout merci à toi de permettre un échange libre d’idées par le média de cette place publique.

        Valorisa

        • Smop dit :

          Sur la question de la désinformation et du nivellement, si tu me lis régulièrement, tu auras sans doute saisi que je partage probablement certaines de tes idées. Mais céder à la tentation de croire à la « grande conspiration » c’est aussi accepter de se faire manipuler ! Un très bon exemple est le célèbre texte des « Protocoles des Sages de Sion ».

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>