Le retour de la pieuvre

Coiffeur

La pieuvre c’est Octopus, le plus gros des trois yachts de Paul Allen, cofondateur de MicrosoftOctopus est de retour à Tahiti depuis jeudi. Il était ici en novembre dernier pour accueillir Bill Gates et sa femme Melinda, arrivés en jet privé. Bill fêtait son 50e anniversaire. Il est toujours la première fortune mondiale, estimée à 41 milliards d’euros. Son ex-associé Paul Allen est lui la sixième plus grosse fortune mondiale, de l’ordre de 18 milliards d’euros. Avec ses 127 mètres, Octopus est le quatrième plus grand yacht privé du monde. Construit en Allemagne en 2003, il aurait coûté plus de 160 millions d’euros. Les salaires des 60 membres permanents d’équipage ainsi que son entretien reviendraient à une vingtaine de millions d’euros par an. Le nom d’Octopusaurait été inspiré du titre de l’un des films de la série James Bond. A la lecture de son inventaire, on comprend pourquoi. Octopus dispose à bord de deux hélicoptères, sept bateaux dont un de 20 mètres, un sous-marin de 18 mètres avec son robot d’exploration, un terrain de basket, une piscine, un studio d’enregistrement, une salle de cinéma et une autre de vidéoconférence. Le sous-marin peut transporter dix personnes et dispose de huit couchettes avec une autonomie en plongée jusqu’à deux semaines. Sa mise à l’eau s’effectue discrètement grâce à une trappe qui s’ouvre sous la coque du navire. Quelques photos du yacht sont disponibles dans la galerie (numéros 151 à 153).

En novembre, quelque temps après Octopus, c’était le Rising Sun qui avait jeté ses amarres sur le quai d’honneur du port de Papeete. Celui-là appartient à Larry Ellison, cofondateur et président de la société Oracle. Encore un magnat de l’industrie du logiciel. Bien entendu, il figure également sur la liste des plus grosses fortunes mondiales, relégué à la 15e place avec ses 13 milliards d’euros. Le Rising Sun mesure 138 mètres, ce qui lui assure la place de troisième plus grand yacht privé du monde. La petite histoire dit que le bateau a été spécialement rallongé sur demande de son propriétaire afin de dépasser la taille d’Octopus. Il a été livré peu de temps après ce dernier. Ah, vanité quand tu nous tiens… Pour ma part, je le trouve assez banal esthétiquement et il n’a pas le côté “high-tech” de son concurrent direct. Cela dit, il dispose tout de même de 82 cabines réparties sur cinq ponts, pour un total de 8 000 m² habitables, en comptant la salle de cinéma, la piscine, le gymnase et le terrain de basket (une manie, décidément). J’ai lu quelque part qu’il était à vendre car notre ami Larry aurait acquis fin 2005 le Nautilus, une unité encore plus grosse. Je ne connais pas la mise à prix du Rising Sun, mais pour se faire une idée, il aurait initialement coûté, selon les sources, entre 165 et 220 millions d’euros.

Plus tôt, en octobre, un autre monstre avait passé un bon mois dans le port de Papeete. C’était Le Grand Bleu, l’un des trois yachts du jeune milliardaire russe Roman Abramovitch (40 ans). Celui-ci est la 11e plus grosse fortune mondiale grâce à ses 15 milliards d’euros. Autodidacte et ami de la très influente Tatiana Diatchenkola (fille de Boris Eltsine), il a construit son empire au début des années quatre-vingt-dix en réalisant plusieurs affaires controversées dans le négoce pétrolier. Il fut notamment associé à Boris Berezovsky (premier milliardaire russe) dans le cadre du rachat en 1995, pour une fraction de sa valeur réelle, du géant du pétrole russe Sibneft. Dix ans plus tard, il revendait ses actifs pour près de 11 milliards d’euros. Aujourd’hui, il est résident anglais, propriétaire du club de football de Chelsea mais investit également dans le marché immobilier moscovite. Le Grand Bleu est le 11e plus grand yacht privé du monde. Construit en Allemagne en 2000, il mesure 113 mètres et a été acheté par Roman en 2003. Sa particularité est d’avoir sur son pont une vedette rapide de 12 mètres, mais surtout un magnifique voilier de 22 mètres, sans oublier l’indispensable hélicoptère. Deux photos sont disponibles dans la galerie (numéros 149 et 154). Ces nouvelles fortunes russes, bâties en une décennie sur les décombres de l’Union Soviétique sont surprenantes. Elles donnent bien la mesure de la démesure. Il y a quelque temps, j’entendais à la radio que le fils de Viktor Ioutchencko, l’emblématique leader de la “Révolution orange” ukrainienne, utilisait un téléphone portable en platine d’un prix de 43 000 euros. C’est bien entendu un détail anecdotique, mais qui laisse néanmoins songeur…

Dans le port de Papeete, à côté de ces mastodontes, le voilier Maria Catina du Prince de Suède (photo 107) et le Morning Glory de Silvio Berlusconi (photo 110) faisaient figure de jouets. Même si ce dernier, un voilier Perini Navi de 48 mètres, a été racheté en 1999 par le douteux milliardaire italien au non moins nauséabond Rupert Murdoch pour la bagatelle de 6,5 millions d’euros.

Afin de satisfaire la mégalomanie de ces nababs, l’Etat français pourrait leur proposer de racheter le porte-avions Clémenceau. L’ancien fleuron de la marine française coûterait certes cher à réaménager et entretenir, mais le record de longueur serait difficile à battre, sans compter qu’à ce jour, aucun yacht privé n’est capable d’embarquer des avions de chasse ! De plus, un fin négociateur pourrait très certainement aller jusqu’à ne pas dépasser l’euro symbolique pour débarrasser Michèle Alliot-Marie de cette belle coque empoisonnée qui a ridiculisé le gouvernement français…

Pour conclure, je lisais récemment l’histoire de ce coiffeur new-yorkais d’origine cubaine, Orlando Pita. Son coup de ciseau coûte 650 euros, c’est-à-dire un peu plus de cinq fois le PIB nominal par tête d’habitant d’un pays comme la Birmanie (source : FMI 2005). Orlando Pita explique que dans le marché du luxe, la bonne question n’est pas ”est-ce que ça vaut le coup ?” mais ”que puis-je dépenser ?”. Si vous voulez en discuter avec lui, son salon est situé au 34 Gansevoort Street à New York.

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.
Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>