Parenthèse technique

Pour ceux et celles que ça intéresse, voici quelques infos sur les outils informatiques et photo/vidéo utilisés pour faire ce blog et sa galerie.

Coté informatique, j’ai mon propre serveur Internet dédié, que j’utilise également pour de nombreuses autres choses. C’est une petite machine spécialisée Sun Netra t1/105 sous Solaris 9 SPARC avec une baie de disques externe Sun st D130 (au total environ 450 Go en RAID-1 avec hot-spare). Elle est hébergée dans un “data center” à Courbevoie, en région parisienne. Le serveur web est celui d’Apache, interfacé avec l’interpréteur PHP4. La plupart des données sont stockées dans des bases servies par un moteur MySQL. Au cas où, j’ai également un petit serveur de secours, disposant des mêmes outils et hébergé chez un FAI parisien. Ces machines ne demandent que très peu de maintenance et peuvent tourner des années sans problème ni redémarrage. Le serveur de secours fonctionne d’ailleurs sans interruption depuis sa mise en place, il y a près de trois ans.

Le logiciel de gestion du blog est WordPress, référence en la matière, très simple à installer et à utiliser. Je l’ai choisi pour la possibilité qu’il offre de publier les articles par e-mail, lorsque l’accès au web est impossible. J’aurais voulu faire un site plus joli et plus complet, mais comme d’habitude, les dernières semaines avant le départ ont été surchargées de préparatifs et j’avais d’autres priorités. J’ai juste remplacé l’ancien site, dont le thème était mon tour de l’Atlantique à la voile en 2000-2001, par le nouveau. Peut-être trouverais-je un de ces jours le temps de fusionner tout ça.

J’ai emporté avec moi un ordinateur portable Apple PowerBook G4 1,67 GHz 17 pouces avec 1.5 Go de RAM, une carte WiFi, un disque dur de 100 Go et un graveur de CD-DVD R/W. Cette machine tournait au départ sous Mac OS X 10.3 (”Panther”) mais j’ai fait il y a trois semaines la mise à jour en 10.4 (”Tiger”). Pour les sauvegardes, j’utilise deux disques externes de 2,5 pouces de 60 et 80 Go FireWire 800/USB2 ainsi … qu’un iPod Photo 60 Go. Ce dernier s’est d’ailleurs révélé beaucoup plus fiable que les disques externes qui chauffent énormément malgré leur boîtier en aluminium. Je balade un tas de bricoles pour pouvoir me connecter de presque n’importe où et à n’importe quoi, du genre carte modem GSM/GPRS, câbles divers, clé USB, etc… J’ai évidemment une batterie et une alimentation secteur supplémentaires avec les prises électriques et téléphoniques adaptées aux pays que je traverse. Comme je pensais passer par des endroits sans accès possible au réseau Internet, j’ai avec moi de quoi réinstaller intégralement la machine si besoin était, ainsi qu’une dizaine de CD et DVD réinscriptibles vierges.

J’ai préféré prendre un portable Apple plutôt qu’un PC car à qualité égale (châssis aluminium, connectique très riche, clavier rétro éclairé, etc…) le Mac revient sensiblement moins cher, malgré les idées reçues. Et surtout, pour avoir longuement essayé les deux, Mac OS X est sans aucun doute beaucoup plus fiable que Microsoft Windows XP. Hors de toute polémique partisane, je ne veux pas perdre de temps à bricoler un système réputé pour sa relative instabilité.

Les logiciels : Une fois les photos ou les vidéos téléchargées sur le PowerBook à l’aide d’un câble USB, je les retouche avec Adobe Photoshop Elements 3. Je n’y connais – malheureusement – pas grand-chose en la matière et je me limite au recadrage accompagné parfois d’une légère correction chromatique. Ensuite, je constitue la galerie photo à l’aide d’un logiciel du domaine public vraiment épatant qui s’appelle … “Galerie”. Très riche et d’une simplicité d’utilisation enfantine, ce logiciel me permet de légender et d’organiser les photos à publier. Il se charge de tout le reste, c’est-à-dire les redimensionner, générer les pages HTML, incruster un copyright et bien plus encore. Après je n’ai plus qu’à créer une archive compressée que je transfère par SFTP sur le serveur en France avant de me connecter dessus en ssh pour la mettre en place au bon endroit. J’ai aussi prévu un accès WebDAV sur la partie concernée du site. Quand aux textes, une fois rédigés sur TextEdit, l’éditeur de base de Mac OS X, je les passe au correcteur orthographique “Petit Prolexis 2″ de Diagonal. Il ne me reste plus qu’à accéder au serveur web et de faire un copier-coller. Quand le cybercafé ne permet pas de brancher un portable, j’utilise une clé USB.

Pour la partie vidéo, j’encode avec QuickTime Pro 7 auquel j’ai rajouté les codecs DiVX, MPEG4 et 3ivx D4. Je n’ai pas encore eu l’occasion de faire du montage mais la suite multimédia Apple iLife’05 intégrée aux machines récentes offre, entre autres, iMovie HD, un excellent petit outil amateur largement suffisant pour mes (futurs) besoins.

Coté matériel photo, j’ai un appareil numérique Sony Cybershot DSC-P200 avec un capteur de 7.2 megapixels et un zoom 3X (équivalent à un objectif de 38-114 mm). Mes connaissances en technique photo sont limitées mais je suis vraiment très satisfait de ce petit jouet. Je reste toujours en résolution maximum (3072 x 2304) ce qui me permet de recadrer les photos même sur un assez petit détail, tout en conservant une qualité acceptable. Cet appareil permet également de faire des séquences vidéos au format MPEG1 en 640 x 480, certes assez pauvres (voir celle du Heiva publiée sur le blog) mais ça dépanne. J’utilise une carte mémoire Memory Stick Pro de 1 Go, suffisante pour une vidéo de 12 minutes ou environ 280 photos en qualité maximale. Un autre point très appréciable du Cybershot est son autonomie extraordinaire.

Pour terminer, j’ai aussi emmené avec moi un caméscope numérique (mini DV) Sony DCR-PC330E dont on m’avait dit du bien. Il est équipé d’un zoom 120X et pour la partie photo d’un capteur de 3 megapixels. J’y ai ajouté un objectif grand-angle (x 0.7) Sony VCL-HG0737X, une grosse batterie Sony NP-QM91D et des filtres divers. Quelques cartes mémoire de tailles diverses et cassettes de 60/90 minutes complètent le tout. Je n’ai pas d’avis dessus car pour l’instant … il n’est jamais sorti de son sac. Je dois avouer que je regrette un peu de l’avoir pris. C’est du poids et de la place supplémentaire, sans compter le risque important de vol. Je me suis cependant promis d’essayer de l’utiliser un de ces jours…

Si je rajoute à tout ça les autres gadgets électroniques (GPS, GSM, récepteur radio mondial,…) et les sacs matelassés ou étanches, je crois que je retrouve au moins un bon tiers du poids de mes bagages. Cela dit, à l’exception notable du caméscope, j’utilise quasi quotidiennement tout ce que j’ai emmené, donc pas de regrets.

Dans l’optique initiale d’aller à Rapa, j’avais beaucoup hésité à acquérir un téléphone satellite Motorola Iridium pour finalement en abandonner l’idée. Son utilisation aurait été l’envoi et la réception d’e-mails, ainsi que la publication des articles sur le blog, mais ses possibilités techniques sont assez limitées et le coût des communications est encore élevé.

Je vous laisse après ces détails rébarbatifs, j’ai un nouvel article à terminer pour publication prochaine !

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.
Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>